Thème graphique: Classic / SuperBlack / DeepPurple / Affichage téléphone mobile
Switch to english Sehen Sie sich in deutscher Sprache ver el sitio en español vedi il sito in Italiano

Partager ce document sur: Partager cette recherche sur: Messenger  Partager ce document sur: Facebook   Partager ce document sur: Twitter   Partager ce document sur: Viadeo   Partager ce document sur: Linkedin   Bookmark this on Delicious
 
document importé sur le site le 2008-09-13 et modifié pour la dernière fois le 2010-09-23
L'origine des mines de plomb argentifère de Trémusson est romaine. On trouvait déjà depuis longtemps des pièces d'origine romaine dans les galeries. Un chantier de déblayement a confirmé l'origine du site, par la découverte de tuiles à crochet des deux côtés du ruisseau.

A la fin du 17ème siècre, les anglais sont des précurseurs dans l'exploitation des mines de métaux non ferreux. Ils achètent des concessions d'exploitation en Bretagne. Pourtant, le site de Trémuson n'est toujours pas exploité. La concession est alors attribuée le 1er avril 1732 à un breton de Morlaix: Guillotou de Kerver. La spéculation autour du précieux métal est croissante, ce qui n'empêche pas le propriétaire de faire faillite suite à un mauvais investissement.

En 1740 la compagnie des mines de Basse-Bretagne rachète la concession. Il faudra 40 ans pour industrialiser les mines. En 1782, plus de 500 personnes travaillent sur le site minier. La taille de la concession est de plus de 90.000 hectares. Elle ne sera jamais exploitée entièrement. A la fin du 19ème siècle, l'exploitation chute. Les propriétaires changent régulièrement sans succès.

Il faut attendre 1922 pour que l'exploitation reprenne. Une laverie est construite à flanc de côteau en 1924. Elle permet de laver le minerai et de le trier car le gisement est moins riche que dans les temps anciens. Un an plus tard, une fonderie est construite. L'exploitation est prospère pendant une dizaine d'année, puis la société Dufourg subit la crise générale. En 1931, la mine est définitivement fermée. Elle ne sera plus jamais exploitée.

Aujourd'hui, les mines sont des refuges protégés pour les chauve-souris mais les nombreux kilomètres de galeries continuent de drainer du plomb dans le village par les eaux d'infiltration. Les habitants du village ne peuvent pas manger les légumes de leur jardin ni boire l'eau polluée des nappes phréatiques. Il reste des vestiges de la laverie et de la fonderie derrière le village.

source: patrimoine.region-bretagne.fr
 
 
commentaire de : roukinox - posté le 2015-02-06 20:48:37
Joli cliché, j'espère en faire autant demain.
 
Rédiger un commentaire
(pseudo facultatif)

 
TOUS DROITS RÉSERVÉS - © 2001-2017 urban-exploration dot com © 1995-2017 roudoudou dot com